Futurisme Noir et fins du monde

Pour le numéro 4 (mars 2019) de la revue Terrestres, une recension:

L’univers n’est pas un bruit blanc : futurisme Noir et fins du monde

-À propos de M Archive: After the End of the World, d’Alexis Pauline Gumbs (Durham, Duke University Press, 2018)

“Que devient l’anthropocène une fois plongé dans la « métaphysique féministe Noire » d’Alexis Pauline Gumbs ? Un cosmos composé d’Océaniques, d’Aériens, de Terrestres et d’Ignés, c’est-à-dire des survivants malgré tout – malgré la fin du monde, qu’elle soit celle du passé (l’esclavage) ou celle du futur (l’écocide en cours).” [suite]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s